Bienvenue dans la commune de La Walck !
  L'HISTOIRE DE LA WALCK - VAL DE MODER
  Quelques photos
  Mairie, 28 rue Principale, 67350 La Walck Tél. 03 88 72 53 53 - Fax 03 88 72 58 89
Ancien Maire : Daniel DE BONN - Email
mairie-lawalck@wanadoo.fr
  Depuis 01/01/2016, La Walck devient la commune VAL DE MODER avec Uberach et Pfaffenhoffen
  Situation géographie : sur la rive gauche de la Moder, au confluent du Rothbach





LA WALCK



Bienvenue dans la commune de "LA WALCK" !


Les armoiries de La Walck



"De gueules, Saint-Laurent, vêtu d'or et d'argent, tenant dans sa main droite
le gril du supplice en or et dans sa main gauche un livre fermé en argent".


Les armoiries de La Walck :
Présentant Saint-Laurent, vêtu d'or et d'argent, tenant dans sa main droite
le gril du supplice en or et dans sa main gauche un livre fermé en argent, sur fond rouge.
Le martyre Saint-Laurent est représenté comme le protecteur de la commune,
ainsi que la commune voisine Kindwiller.
Dans sa main droite le livre des Evangiles.
Dans sa main gauche, le gril du supplice rappelle sa mort en tant que martyre.

Saint Laurent serait né vers 210 ou 220 en Espagne, à Huesca, au royaume d'Aragon.
Diacre martyrisé sur un gril en 258 parce qu'il ne voulut pas livrer l'argent de l'Église.
Il semble avoir dit au Préfet qui surveillait la torture :
"Ce côté est assez rôti, tourne-moi sur l'autre côté".
Un saint très populaire en Alsace, il est le patron de 20 paroisses dans le Bas-Rhin et 12
dans le Haut-Rhin.




HISTOIRE


La Walck est cité pour la première fois en 774. Par la suite, le village fait partie du grand
bailliage de Haguenau. La commune située sur le ban de Bitschhoffen, ne sera détachée de
cette dernière que le 7 août 1847 pour devenir autonome. La paroisse relevait de
Bitschhoffen jusqu'en 1759, date à laquelle elle fut attribuée à Pfaffenhoffen.
(Extait de l'Encyclopédie d'Alsace)


SIGNIFICATION DU NOM "LA WALCK"

Le nom "Walk" provient du vieux haut-allemand "Walch, Welsch",
dénomination donnée aux peuples latins et romans.
Pour cette localité, la signification serait : gens d'origine Latine
Une autre version dit que le nom provient de Walcken, signifiant étoffe !




Très ancien moulin à foulon reconverti entre 1865 et 1870 en scierie et fabrique de semelles
et pelles en bois. Site et bâtiments datant de cette époque. Fabrique arrêtée depuis 1949.
Turbine à eau Schneider-Jaquet de 1927 remise en état de fonctionnement. Moulin situé sur la
rivière "Rothbach".



Le Moulin.


Les habitants peuvent être appelés en français "les La Walckois(es)"


Surnoms :
Les gens de La Walck étaient surnommés "d'Bäbbeschlàcker", "les succeurs de bouillie" et

"d'Surmilchdunker, "les trempeurs dans le lait caillé"



La Jeanne d'Arc du monument aux morts.
Il existe très peu de représentation de la Jeanne d'Arc : Monument aux morts de Reichshoffen,
Vitrail de l'église protestante de Windstein, plus loin en Moselle statue à l'identique de celle de
Reichshoffen à Bitche ...





GENERALITES
Doit son origine au moulin où l'on foulait les étoffes (Walken).
Village impérial du grand bailliage de Haguenau.
Ancienne annexe de Bitschhoffen, érigée en commune le 9 août 1847.


Monsieur Daniel DE BONN est l'ancien Maire de LA WALCK
Depuis la fusion avec Pfaffenhoffen et Uberach le maire de la nouvelle commune Val de Moder
s'appelle Jean-Denis Enderlin.





Vieille carte postale


Jusqu'en 1850, date de la construction du pont actuel, La Walck était reliée à Pfaffenhoffen
par une passerelle en bois, destinée aux piétons et aux charrettes à main, les attelages
empruntaient un gué situé en aval. Située dans le finage de Bitschhoffen,
La Walck s'est développé plus rapidement que la commune-mère.
Au XIVème siècle, elle est mentionnée à part, dépendant du tribunal de Kindwiller.
Le 9 août 1847 enfin, La Walck fut déclarée commune indépendante par l'ordonnance
royale délivrée par Louis-Philippe. Le nom "Walk" provient du vieux haut-allemand
"Walch, Welsch", dénomination donnée aux peuples latins et romans.
Un document de 1599 cite: "das Dorf der Walchen" (le village des "Walches").
C'était donc le village de personnes d'origine latine ou romane.
Devenu village royal après les traités de Westphalie en 1648, La Walck faisait
précédemment parti de la Préfecture Impériale (Landvogtei) de Haguenau et de la
compétence du tribunal de Kindwiller. L'introduction du protestantisme dans le Comté
de Hanau-Lichtenberg en 1545, concernait également tous les villages impériaux
rattachés à l'église-mère de Pfaffenhoffen, dont Bitschhoffen et La Walck. En 1561,
Charles-Quint, Empereur de l'Empire Romain Germanique donna l'ordre de rétablir
l'ancienne croyance dans ses territoires. N'ayant pas de lieu de culte, La Walck,
rattaché à la paroisse de Bitschhoffen en fut détachée en 1759 et réuni à celle
de Pfaffenhoffen. Les habitants du village ont connu tous les malheurs des guerres
successives du XIVe au XVIIIe siècles: Guerre de Cent Ans, Guerre des Paysans,
Guerre des Religions, Guerre de Trente Ans, particulièrement meurtrière dans la région,
Guerre de la succession d'Espagne, Guerres de la Révolution. En 1847, La Walck
était le siège du centre de recouvrement des impôts des 17 communes du canton
de Niederbronn et depuis le milieu du XIXe siècle jusqu'à ces dernières années,
La Walck était réputée pour ses nombreuses fabriques de chaussures.
(infos récupérées du site de la communauté de communes du Val de Moder)



La Walck (Photo du journal Ami-Hebdo)





Liens Web :
Fait partie de la communauté de communes du Val de Moder
ADELIS
ADEC
Heckel sécurité
Lemaître sécurité
http://histoiredelawalck.e-monsite.com/
http://www.lawalck.com/
SEPPIC
La Taverne MODER'ne





Le plan de "WALK" en 1893.



Vue aérienne sur le village (vers 1960 ?).



Anciens véhicules du centre de secours (pompiers) de La Walck.
(Exrait du Blog de "petitlouye67")



Sapin, cheval, escalier en colimaçon ... des banalités à LA WALCK.



Synagogue de La Walck



Une synagogue y existait depuis le 17ème siècle.


Intérieur de la synagogue de La Walck.

Synagogue, voir également :
http://reichshoffen.free.fr/Comple/15synagogues.html

























     

  Tous droits réservés 2007 - Bernard SCHMITT (Reichshoffen)