Bienvenue dans la commune de REICHSHOFFEN !
  L'HISTOIRE DU CABARET DE REICHSHOFFEN
  ... LA MEMOIRE DE REICHSHOFFEN, A PARIS (suite)
   
  Il a existé à Paris LE CABARET ou la BRASSERIE DE REICHSHOFFEN
   




DECOUVERTE


Après la découverte du grand "Panorama de Reichshoffen"
située 251 Rue Saint Honoré à Paris, voici le "Cabaret de Reichshoffen"


Edouard Manet a peint une toile intitulée "AU CAFE".
C'est la partie complémentaire d'une autre toile appelée "Au coin du café-concert"
Les deux toiles réunies formaient une seule toile appelée "Reichshoffen",
cette peinture aurait pû avoir comme dimension 1 mètre de haut sur 1 mètre 60 de large.
Un couple avec une fille sont assis à une table devant deux chopes de bière.
Dans le café il ne doit pas faire très chaud, les clients sont bien vêtus.
Sur la vitrine du café, une affiche laisse découvrir le nom d'un artiste
"HANLON LEES" une troupe d'acrobates de l'époque.
Les tables sont en marbre, tel que certains cabarets de l'époque.


Il a existé un Cabaret nommé Reichshoffen, à Paris.
"Le Cabaret Reichshoffen" n’existe plus de nos jours !
Les traces se font rares et sont essentiellement mentionnées à travers
les tableaux d'Edouard Manet.
"Le salon de Reichshoffen" (une salle d'exposition) était situé 251, Rue Saint-Honoré à Paris.

Le guide des lieux de l'impressionnisme situe le Cabaret "Boulevard de Rochechouart".
On dit que c'est là que Manet trouva ses modèles pour La Servante de Bocks et Le Bon Bock.
Nous ne possédons pas de photographie ni de gravure ancienne de ce lieu.
On ne connaît pas le numéro d'habitation, est-ce qu'une trace existe encore de nos jours ?
Le cabaret a en tout cas disparu, aujourd'hui.



"REICHSHOFFEN"
Du tableau "Reichshoffen" Manet en a fait deux.
Edouard Manet était souvent insatisfait de son travail, et pour un seul tableau il était capable
de recommencer plusieurs fois en rajoutant une nouvelle couche d’épaisseur de peinture.
La séparation de ce tableau appui cette insatisfaction pour commencer une autre toile
avec un autre fond !
Selon certaines recherches, on a découvert que Manet avait prévu de peindre
une chanteuse dans le fond amusant les clients de café dans la peinture originale,
qu'il allait s’appeler « Reichshoffen ».
Les deux tableaux pour la dernière fois montrées côte à côte en 1880 à Marseille,
puis en 2005 / 2006 en Suisse.
Les chercheurs ont également découvert un article 1877 précédemment inconnu
du périodique de Londres « architecte » qui décrit la peinture originale de Reichshoffen
avant qu'elle ait été coupée, confirmant l'évidence découverte par les rayons X.
Une autre découverte était un document de 1875 qui confirme pour la première fois
l'existence et l'endroit dans Montmartre, Paris, du café de Reichshoffen.

On pense que ceci est le café pour le travail original que Manet s’est inspiré,
qui porte un nom presque identique (la façon parisienne d'écrire Reichshoffen était :
REISCHOFFEN).

(Copyright Bernard SCHMITT)



Quelques extraits de courrier reçu à ce propos :

D'après un correspondant Internaute,
"La brasserie de Reichshoffen était située à côté du grand Panorama de la bataille de
Reichshoffen qui devait être au 251 rue Saint-Honoré à Paris et qui avait des salons :
la 7ème exposition de peintures s'y déroula en 1882".


"Selon Jean-Paul Crespelle  (La vie au temps de Picasso -  p.94) la BRASSERIE DE
REICHSHOFFEN était à côté du grand panorama de la bataille de REICHSHOFFEN.
(en lisant ce livre je n'ai pas trouvé cette indication).


Le peintre Edouard Manet et son mémorial de Reichshoffen à travers la peinture.


Cher Monsieur,
Nous vous remercions de votre lettre du 29 décembre à propos du Cabaret de Reichshoffen.
Comme vous - votre site en témoigne amplement - nous avons effectué des recherches
sur Manet et le cabaret de Reichshoffen. Celui-ci est bien cité dans la biographie
d'Eric Darragon (Fayard), cependant sans précision aucune sur son emplacement.
Par ailleurs, plusieurs cafés ont inspiré Manet : le café Guerbois, l'auberge du Père Lathuile -
ces deux établissements étant situés rue de Clichy - ainsi que le café de
la Nouvelle Athènes (place Pigalle) récemment détruit.
Si nous obtenons de plus amples renseignements, nous ne manquerons pas
de vous contacter.
Nous vous prions de croire, Cher Monsieur, en nos sentiments distingués.
Françoise ROBERT
secrétaire 9° Histoire


Monsieur,
J’ai l’honneur de vous faire savoir que le service des Archives du ministère de la Justice
n’est pas compétent pour traiter votre demande.
En effet les bâtiments des 247 et 251 rue Saint honoré, n’appartenaient pas au ministère
de la Justice, qui d’ailleurs, ne les occupent plus depuis juin 2005.
Par ailleurs l’ensemble immobilier, aux structures architecturales modernes semble
être issu de la destruction des bâtiments plus anciens qui s’y trouvaient.

Néanmoins, je vous invite à vous rapprocher des Archives départementales de Paris
(18 boulevard Sérurier, 75019 Paris, tél. : 01.53.72.41.34), établissement susceptible
de conserver des fonds relatifs à l’évolution de l’architecture parisienne.
Je vous prie de croire, Monsieur, à l’assurance de ma considération distinguée.
Monsieur Pierre CAROFF
Secrétaire administratif
Pôle recherches et dérogation
Service des Archives
Ministère de la Justice
Par ailleurs votre site internet est très intéressant.

Bonjour,  
L'immeuble du 251 Rue Saint Honoré à Paris n'abrite plus le ministère
(fin de bail non renouvelé) depuis juin 2005.
J'ai quitté le ministère en janvier dernier et ne connaissais pas l'existence de ce Grand Salon.
Le reportage effectué au ministère de la Justice a été fait place Vendôme.
Vous pouvez contacter le service des archives du ministère de la Justice qui pourra peut-être 
répondre à votre question. Cordialement,  
Chrystèle Lacène
Auteur Photographe
Tél : 01 47 40 82 10



CONCLUSION :

Il règne une confusion entre deux lieux parisiens :
Le Boulevard Rochechouart et la Rue Saint Honoré.
Mes propres recherches, lectures de livres (J-P Crespelle, ....)
ne me donnent aucune indications alors que ces livres détaillent rue par rue l'atmosphère de Paris
vers 1880 et 1900.
Pour moi, la seule possibilité logique est le Boulevard ROCHECHOUART/BLD DE CLICHY..
Il existait effectivement le Panorama de Reichshoffen dans la Rue Saint Honoré et le Grand salon
du Panorama.
L'architecte de l'époque indique qu'un Bar avait été installé dans ces lieux.
Mais ce lieu n'était pas le CABARET DE REICHSHOFFEN ou encore la BRASSERIE DE
REICHSHOFFEN.
Il semble aussi, que la bière vendue dans cette brasserie venait d'Alsace, peut-être même de
Reichshoffen !?
Des recherches sont à poursuivre !


Le Cabaret TRIANON est également situé dans le Boulevard Rochechouart à Paris.



L'emplacement du "Café de Reischoffen" était vraisemblablement à cet endroit !
A Paris, à l'angle de la Rue des Martyrs et le début du Boulevard de Clichy avec
la fin du boulevard Rochechouart.



(Copyright Bernard SCHMITT)


 

 

  Tous droits réservés 2006 - Bernard SCHMITT (Reichshoffen)