Bienvenue dans les communes du nouveau canton de Reichshoffen !
   
  PRESENTATION DE LA COMMUNE DE WINGEN ANNEXE PETIT-WINGEN
  Email : marie-wingen@wanadoo.fr
   
  Maire de Wingen : Jean Weisbecker





WINGEN


En alsacien : Winge


Wingen pourrait signifier : "Le vallon formant talus"
De la racine paléo-européenne WIN-K signifiant "le gonflement formant obstacle".
Le village est situé dans un vallon escarpé.
Source M. Michel Paul Urban
D'autres interprétations sont possibles ...



SUPERFICIE - ALTITUDE


Le ban communal s'étale sur une superficie de 1 679 ha
Altitude minimum de 220 mètres et un maximum de 553 mètres.
Le point culminant du ban communal de Wingen est la Ruine du château Le Hohenbourg.
Altitude moyenne 265 mètres.


EVOLUTION DE LA POPULATION


En 1793, il y avait 506 habitants, avec un pic de 984 habitants en 1836.
En 2012, la commune comptait 451 habitants. 2014, 455 habitants.
Depuis mars 2015, ce village est rattaché au nouveau canton de Reichshoffen.



ARMOIRIES




Les armoiries de Wingen se décrivent de la façon suivante :
Coupé : au premier parti, en I : d'or plain et en II : d'azur à l'étoile de six rais d'argent,
au second de sinople à trois bandes d'argent


Les armoiries de Wingen résultent de l'association des armes des familles Puller de Hohenbourg
et de Fleckenstein, seigneurs du village du XIVème siècle jusqu'à la Révolution.




HISTORIQUE




Le Keltenstall
Non loin de la pierre à cupule, la forêt cache un autre vestige celtique. Il s’agit du Keltenstall
(étable celtique).
Le Keltenstall se situe également en un lieu où se concentrent plusieurs rayons telluriques.
A quoi servait le Keltenstall. Etait-ce une étable ou un lieu d’habitation pour les Celtes ?



Stèle votive "Mars à la Victoire"
Une stèle votive gallo-romaine datant du IIème siècle après JC fut découverte en 1983 dans le
lotissement Brunnmatten. Cette stèle témoigne de la présence des Romains dans la région.
Elle représente le dieu Mars accompagné d’un petit personnage féminin, probablement une
Victoire celte. La stèle est exposée à la mairie de Wingen.



Vestiges celtiques
Pierre à cupule ou Russelkessel (alt 460 m.) La forêt de Wingen abrite d’intéressants vestiges
celtiques, notamment une pierre à cupule datant d’environ 350 ans avant JC.
Pour y accéder, il faut compter environ 50 minutes de marche en partant du village.
Il faut emprunter la rue de la Montagne (Fallegass) et suivre ensuite le sentier forestier qui est
marqué d’un cercle rouge .
Le Russelkessel est un bloc de pierre dans lequel a été creusé un petit bassin.
Cette pierre devait servir de lieu de culte aux Celtes. Plusieurs rayons telluriques convergent
en cet endroit. Les Celtes ont vraisemblablement choisi cet endroit pour cette raison.
En effet, les Celtes prêtaient des vertues curatives à ces rayons.



Le château du Hohenbourg (alt. 553 m.)
Construit au XIIIème siècle, le château du Hohenbourg fut détruit en grande partie le 12 mai
1523, lors d'un siège particulièrement meurtrier. Il sera ensuite reconstruit entre 1571 et 1590.



Reconstitution du Château du Hohenbourg



Le Loewenstein (alt 530 m.)
Situé à proximité du Hohenbourg, la forteresse du Loewenstein date elle aussi du XIIIème siècle.
Il est d'ailleurs possible qu'elle ait servi d'avant-poste au Hohenbourg.



Le château de Lœwenstein se situe dans la commune française de Wingen

Le château aurait été construit par les seigneurs de Fleckenstein et en 1283, il devint fief impérial.
Il est un repaire de brigands à la fin du XIVème siècle, vers 1380. Il est assiégé et détruit en 1386.
Le château est aussi connu sous le nom de "Lindenschmidt".
Il proviendrait d'une déformation du nom de "Linkenschmidt" faisant référence à l'un de ces fameux
chevaliers brigands qui avait pris l'habitude de ferrer ses chevaux à l'envers afin de mieux brouiller
les pistes lors de ses razzias.
Classé monument historique le 6 décembre 1898.



Reconstitution du Château de Loewenstein

En 742, un autre document fait référence à des donations de maisons, champs et vignes à
villa Wanga et à Wigone Monte, deux toponymes qui pourraient faire référence à Wingen.

À l'époque féodale, le village de Wingen dans les terres de la principauté épiscopale de Spire
est placé sous l'autorité de la Seigneurerie du Hohenbourg. Au XVe siècle, Richard Puller von
Hohenburg est condamné au bûcher pour sodomie à Zurich en 1482. Wingen revient alors à la
sœur de Richard, Margarethe qui a épousé quelques années plutôt Schweickhardt VIII von
Sickingen. Après une longue querelle d'héritage, le château et le village échoient à cette famille
de chevaliers palatins.

Au début du XVIe siècle, les idées de la Réforme protestante se propagent rapidement en Alsace.
Franz von Sickingen se met à la tête de la chevalerie rhénane et souabe pour soutenir la
Réforme et demander la sécularisation des biens du clergé. Après la conclusion des accords de
la Paix d'Augsbourg en 1555, et selon le principe consacré cujus regio, ejus religio, Wingen
passe officiellement au culte protestant.

Pendant la guerre de Trente Ans, les Suédois ravagent l'Alsace du Nord et Wingen n'échappe
pas aux destructions. Le château de la Hohenbourg est pillé en 1632 et le village est dévasté.
En 1648, les traités de Westphalie reconnaissent au roi de France Louis XIV, le titre de
Landgrave de Basse Alsace. Le roi de France revendique aussitôt la propriété territoriale
des villages et des campagnes alsaciennes. Mais les chevaliers de Sickingen, comme les
autres représentants de la noblesse régionale refusent de reconnaitre la suzeraineté de la
France et continuent de faire allégeance à l'Électeur palatin Charles Ier Louis du Palatinat et
au Saint-Empire romain germanique.

À Wingen, comme dans les autres villages de la région, la situation évolue peu.
Les rares survivants aux famines et aux exactions vivent misérablement et ne suffisent plus à
entretenir les terres. Pour faire face à cette situation désastreuse, le roi de France par un édit
de novembre 1662, autorise la distribution des terres abandonnées en Haute et Basse Alsace
avec une exonération de toutes taxes et impositions pour une durée de 6 ans.
Ces mesures particulièrement attractives sont toutefois limitées aux personnes de religion
catholique. Elles favorisent l'arrivée d'immigrants principalement d'origine suisse ou badoise
qui repeuplent la commune.

Wingen n'est pas encore à cette époque un village frontalier. Les prétentions du roi de France
englobent le proche Palatinat jusqu'à Landau et Pirmasens.
La voie de communication principale entre Bitche et Wissembourg passe par Niedersteinbach,
la vallée du Dentelthal, le col du Litschhof pour rejoindre la vallée de la Lauter par Nothweiler
et Bobenthal. Les routes actuelles dans la vallée de la Sauer vers Lembach et Woerth ainsi
que la route du col du Pigeonnier ne seront construites et aménagées pour le passage des
convois marchands et militaires qu'un siècle plus tard.

Mais Louis XIV ne relâche pas la pression sur les nobles de Basse Alsace et les villes de la
Décapole alsacienne, il convoque des commissions pour faire valider définitivement les
concessions territoriales du traité de Westphalie. En 1679 et sous la pression des autorités
françaises, les Chambres de réunion avalisent la suzeraineté du roi de France sur les
seigneurs alsaciens. Au contraire de l'ensemble de la noblesse alsacienne, la famille de
Sickingen refuse de céder ses droits sur les villages de Wingen et Climbach. Elle fait de
nombreux recours dans les juridictions tant autrichiennes que françaises.
L'affaire ne sera d'ailleurs définitivement tranchée qu'en 1840 par un arrêt du Conseil d'Etat
qui déboute définitivement les Sickingen.

Les troupes françaises sous le commandement du baron de Montclar font peu de cas des
recours des chevaliers de Sickingen. À l'instar des autres châteaux forts des Vosges du
Nord, la Hohenbourg est démantelée en 1680.


Sources des informations :
Wikipédia - Le Site Officiel de Wingen - Wingen.free.fr - Wingen Online.



LES HABITANTS



Les habitants de Wingen sont appelés WINGENOIS(ES), en alsacien WINGENER
Wingen est fusionné avec le village d’Azat-le-Ris (Haute-Vienne)

Les habitants de Wingen sont affublés de divers sobriquets.
Le plus connu est Käesdutte (sacs à fromage).



Mais dans le langage populaire local, d'autres appellations sont également rencontrées :
Eïlekreicher (hiboux hurleurs), Wingener geügeü (coucous de Wingen) ou encore
Felsesprenger (dynamiteurs de rochers).





PHOTOS










ANNEXE DU PETIT-WINGEN (NEUDOERFEL)




L'annexe est tantôt appelée Petit-Wingen, tantôt Neudoerfel !



L'annexe de Petit Wingen (ou Neudorfel) distant d'environ 600 mètres à l'Est de Wingen,
il domine la vallée du Heimbach.



Calvaire au Petit-Wingen.



Inscriptions sur le calvaire près du Petit-Wingen.



Un livre pour votre bibliothèque !
"Un si petit village se permet de retracer son histoire dans un livre et s'affiche sur Internet !"
BRAVO !





Liens webs :
WINGEN
http://www.wingen.free.fr/
Wingen Online
Foot



     

  Tous droits réservés 2015 - Bernard SCHMITT (Reichshoffen)