Bienvenue dans la commune de REICHSHOFFEN !
L'HISTOIRE POLITIQUE DE REICHSHOFFEN
LA POLITIQUE, UN SUJET DELICAT A REICHSHOFFEN !
LE BASTION DE LA DROITE POLITIQUE DE REICHSHOFFEN
 
 







LES MAIRES


Depuis la révolution jusqu'en 1870 la première magistrature resta dans le fief des nobles
de Reichshoffen, une grande famille : Herberlé, Millet, Blum, Bussière et De Leusse
.
Curieusement, la famille "De Dietrich" ne c'était pas impliquée dans cette responsabilité
locale.


Mais le baron Philippe-Frédéric de Dietrich fut le premier Maire de Strasbourg,
après la Révolution française de 1790 à 1792.

L'histoire politique de Reichshoffen s'enrichit de plus d'une vingtaine de Maires.





Les Maires sont d'abord désignés par le pouvoir central, souvent issus d'élections censitaires
(pour être électeur du suffrage censitaire, il faut être âgé de 30 ans et payer au moins
300 francs d’impôt par an).
Pour être «élu», les conditions requises sont encore plus sévères : être âgé d’au moins
40 ans et acquitter au moins 1000 francs d’impôt.
Sous la Restauration de 1814 à 1830, sur une population masculine (car seulement les
hommes pouvaient voter) d’environ 15 millions de personnes, seuls 100 000 citoyens
sont électeurs et 20 000 susceptibles de se porter candidat ou tout simplement symboliques,
les maires ne sont désignés par le suffrage universel masculin qu'à compter de la loi
de 1884.
Le droit de vote féminin n'est acquis, quant à lui, qu'en 1945. La représentation des femmes
en temps que conseillère municipale date de 1944 "les femmes sont électrices et éligibles
dans les mêmes conditions que les hommes ..."
La durée légale des mandats électifs a elle-même beaucoup variée dans le temps
puisqu'elle a été d'1, 2, 4 et 6 ans.
La parité homme-femme est une loi récente (6 juin 2000), le but étant de favoriser l'égal
accès des hommes et des femmes aux mandats électoraux et fonctions électives.



UN SYNDIC



Après la révolution, fin 1789, les affaires de la Commune de Reichshoffen sont dirigées par
un Syndic.
Heberlé, et une dizaine d'officiers municipaux dont Amann, Fritsch, Hentz, Müller,
Schleininger, élus par les citoyens payant plus de dix livres d'impôts.
Le Maître d'école Lehman rédige les procès-verbaux des séances qui se tiennent
généralement le dimanche matin, après la messe (Reichshoffen était à dominante
catholique), en présence du Curé et parfois du Seigneur Jean de Dietrich.
C'était une sorte de conseil municipal.



JOSEPH MILLET dit MILLET sénior


Devient courtement le premier Maire de Reichshoffen





FRANCOIS SCHLEININGER




Maire de 1790 à 1799



FRANCOIS ANTOINE HEBERLE


Né le 16 décembre 1771, décédé le 9 juillet 1848 (à l'âge de 77 ans)
, marié le 15 juillet 1793
à Wolff Catherine Madeleine ils eurent 12 enfants.
Sera maire de Reichshoffen de 1799 à 1811 (par nomination du Préfet le 14 juin 1799).
1er magistrat de la ville à l'âge de 28 ans jusqu'à 40 ans.

Portrait d'un membre de la famille HEBERLE
Dans la revue "Outre Forêt" (novembre 1985, n° 50), est cité dans la liste des électeurs
de l'arrondissement de Wissembourg, canton de Niederbronn en 1807 : Héberlé François Antoine,
né le 16.12.1771, 36 ans, domicilié à Reichshoffen, marié, 3 enfants, officier de la Garde Nationale,
Maire, élu en 1803 au 1er tour avec 138 voix, fortune 25 000 F.



PETER SATTLER


Maire de 1811 à 1830.



FRANCOIS ANDRE BLUM


Est né le 7 mai 1790 à Reichshoffen et décédé en 1837 sous le mandat de maire
.
Marié avec Louise Heberlé le 29 janvier 1823.
Sa profession : fabricant de papier, maire de Reichshoffen de 1830 à 1837.

Blum François André est le fils de Jean Michel Blum et Madeleine Héberlé,
le neveu de François Antoine Héberlé et de Millet Joseph,
tous deux maires de Reichshoffen, fonction que André BLUM
exercera lui-même de 1830 à 1837.
Marraine d'Antoine Schmitt (04.03.1809 Hochfelden).



ATHANASE PAUL VICOMTE RENOUARD DE BUSSIERE



Berrichon (pays du Berry) d'origine, Alsacien par son mariage
En 1811 : Mathieu de Favier revend le château à Paul-Athanase Renouard de Bussière,
banquier à Strasbourg.

En 1812 : Il fait démolir l'aile sud du château de Reichshoffen pour apporter plus de clarté
à la cour et modifie l'aménagement intérieur.

En 1823 : le jeune et célèbre musicien Franz Liszt est en route vers Paris avec son père.
Durant la période du 26 novembre au 6 décembre Strasbourg
Liszt donne un concert privé chez le conseiller Paul-Athanase
de Renouard de Bussière, au château de Robertsau
Maire de Reichshoffen de 1837 à 1840.
http://www.aei.ca/~bussiere/bussieres.htm



VICOMTE MARIE-THEODORE DE BUSSIERE



Maire de 1840 à 1843.
Homme cultivé de la haute noblesse,
écrivain, peintre et maire.
En 1848, a écrit une introduction dans le livre "Vie de Sainte Françoise Romaine"
a écrit un ouvrage "Sainte Radegonde, reine et de la cour de Neustrie"
Homme qui s'est plongé dans le mystisisme chrétien catholique !





JOSEPH STEUERER


Maire de 1843 à 1848



JEAN-BAPTISTE GEIGER


Maire de 1848 à 1854



ANTOINE MILLET dit MILLET Junior


Fils d'un ancien Maire de Reichshoffen Joseph Millet dit Millet Sénior.
Né en 1807, il sera Maire de la commune de 1854 à 1866.



COMTE PAUL DE LEUSSE




Le nouveau châtelain, est élu maire de Reichshoffen de 1865 à 1871.
Issu d'une famille noble du Dauphiné.
En 1854, s'engage dans la Marine et participe à la guerre de Crimée.
S'installe au château de Reichshoffen
En 1866 est conseiller général, en 1869 député (candidat imposé)
Catholique convaicu , il s'est souvent opposé aux grands nobles protestants de
l'arrondissement.
Parti politique : Droite Bonapartiste (disait "il y a maintenant chez nous un parti catholique").
A écrit une autobiographie au XIXe siècle - LEUSSE (Comte Paul de) (né en 1836),
Souvenirs d'un aspirant de marine, Paris, E. Dentu, 1867, 274 p.

"Le comte Paul de Leusse, le père de la chimie agricole créa
une telle émulation en Alsace du Nord que le comte Paul de Leusse à Reichshoffen
se piqua lui aussi d’être un cultivateur de progrès.
Comme Marie Joseph Achille Le Bel, en revenant de ses campagnes dans les armées
de la République, il s'était voué à l'agriculture en quittant la marine en 1856.
Il n'y connaissait rien, mais lut comme son collègue du Pechelbronn
« cent ou deux cents ouvrages d'agriculture ». Le domaine de Reichshoffen,
dont il avait hérité en épousant en 1856 l'héritière Renouard de Bussière,
était plus étendu que le Pechelbronn. Il comprenait 50 hectares de prés
et 65 hectares de terres. Par achats et échanges, il sut se constituer
de grandes pièces, sans enclaves. Il suivait l'assolement quadriennal
dit de Norfolk. Il développa les drainages et créa une fromagerie
ainsi qu'une grande distillerie de pommes de terre, de seigle, de malt,
de betteraves à sucre et de topinambours, dotée d'une machine à vapeur
de cinq chevaux. L'idée lui en était venue en visitant un parent en Normandie.
Mais après avoir comparé tous les procédés alors disponibles
(Champonnois, Leplay et Kesler), il avait adopté une vieille méthode
de distillation allemande, qui avait « résisté à toutes les innovations ».
Il croyait faire oeuvre de pionnier, persuadé que la production d'eaux­de­vie
allait redynamiser les campagnes en procurant des revenus supplémentaires
aux agriculteurs. Il faisait même d'une pierre deux coups.
En distillant six jours par semaine, il produisait assez de résidus
pour nourrir, moyennant l'adjonction de 15 quintaux métriques de foin coupé,
16 boeufs de travail, 44 vaches, 35 porcs anglais et 7 chevaux de ferme.
En 1862, une commission de quatre membres de la Société des sciences,
agriculture et arts du Bas­Rhin accepta de visiter ses installations.
Restait à obtenir la même faveur de la Société impériale et centrale
d’agriculture de France. A la séance du 9 avril 1862, celle­ci décida de confier"

Ce passage a été rédigé de la plume de M. Jean-Claude Streicher, historien des LE BEL,
emprunté, avec l'aimable permission de l'auteur, à une étude inédite publiée
par Jean-Claude Streicher sur le site
du
Musée du pétrole de Merkwiller-Pechelbronn à propos des disciples et émules
alsaciens de Jean-Baptiste Boussingault.






MICHEL FLEISCHEL



Maire de 1871 à 1874
Né en 1831 et décédé en 1903.
Père de Gaston Fleischel (inventeur de la boite de vitesse automatique) il créa,
à Jarville-Nancy, une entreprise de fabrication d'instruments de pesage et de
commerce du bois, la société Kuhn et Fleischel.



JOSEPH SCHALLER


Joseph Schaller
Maire de 1874 à 1888



JULES SENENTZ



En 1887, le secrétaire de mairie Jules SENENTZ succéda à Joseph SCHALLER comme
maire de 1888 à 1906.



JOSEPH WACKERMANN



Maire de 1906 à 1914



JACQUES IFFLAND



Maire de 1914 à 1919, période difficile de la Grande Guerre.



COMTE JEAN DE LEUSSE (CJDL)




Le sénateur-maire de Reichshoffen,
de LEUSSE, de 1920 à 1940,
(né en 1877 décédé en 1963)
Né le 06/02/1877 à CANNES (ALPES-MARITIMES - FRANCE) Décédé le 27/08/1963
à REICHSHOFFEN (BAS-RHIN - FRANCE)
ASSEMBLEE NATIONALE OU CHAMBRE DES DEPUTES
16/11/1919 - 31/05/1924 : Bas-Rhin - Entente républicaine démocratique
SENAT OU CHAMBRE DES PAIRS
Sénateur : de 1927 à 1944
Parti politique : UPR (Union Populaire Républicaine d'Alsace)
Sénateur de 1927 à 1940
Jean de Leusse, UPR (Parti Catholique Alsacien), maire de Reichshoffen



EUGENE EIBEL



Un internaute m'a communiqué une photo de Eugène EIBEL et son épouse.

Suite au départ du comte De Leusse, Eugène EIbel alors premier adjoint, devient le maire
successeur du 24 juin 1940 jusqu'à début mai 1941.



ALBERT MAI


Monsieur MAI prend la relève en mai 1941, sous l'occupation allemande en temps
que Bürgermeister, période difficile.



LE RETOUR DE CJDL




Après la guerre, en 1945,
le comte reprend la magistrature locale jusqu'en 1953.



COMTE PIERRE DE LEUSSE



Fils du précédent Maire, il siège de 1953 à 1971.
Né en 1905, décédé en 1976.



FRANCOIS GRUSSENMEYER




(Politiquement de droite, RPR, Gaulliste),
de 1971 à 1989 (18 années de premier magistrat dans la commune de Reichshoffen).
Né en 1918, décédé en 1997.
Fin du fief Grussenmeyer et en général du fief de la droite !
Son apport pour la ville a été passif et il a juste laissé l'empreinte de sa personne.



CHARLES-ANTOINE ZIMMER



Issu d'une famille moyenne (politiquement de tendance Vert/Socialisme).
Reichshoffen est un bastion de la droite classique, que seul M. Zimmer à su briser.
Enseignant, maire de 1989 à 2001 (2 mandats).



HUBERT WALTER




(Politiquement de droite - UMP)
Elu en 2001, maire de Reichshoffen, Hubert WALTER est professeur de religion.
Son épouse est PDG de l'entreprise "EIE".
Homme aisé financièrement, il gère les affaires courantes de la ville
sans changement notoire pour la commune.
Mais, depuis 2008, de grosses dépenses exagérées et inutiles ...

Source de certaines informations, site web
Qualité de Vie




En général la population de Reichshoffen vote à droite,
mais la démocratie veut que la balance penche ou bien d'un côté ou de l'autre.





L'ancienne Mairie de Reichshoffen dans les années 1960.





 

 

  Tous droits réservés 2008 - Bernard SCHMITT (Reichshoffen)