Bienvenue dans les communes du nouveau canton de Reichshoffen !
   
  PRESENTATION DE LA COMMUNE DE MORSBRONN-les-BAINS
  LIEU-DIT "BRUCKMUHLE"
  Email : mairie.morsbronn@wanadoo.fr
  Maire de Morsbronn-les-Bains : Lysianne DUDT





A l'entrée du village, d'un côté Durrenbach-Neufeld et de l'autre côté de la rue Morsbronn.



Etablissement thermal à Morsbronn.



MORSBRONN-LES-BAINS



Noms anciens : Mornsbrunnen, Morsburne

MORSBRONN
Selon Michel Paul Urban dans son livre "la Grande Encyclopédie d'Alsace"
signifierait "La source qui bouillonne"
Le suffixe Bronn, qui représente l'allemand Brunnen "fontaine, source" - le gaulois
borna à le même sens, précédé de la racine paléo-européenne MUR (ou MUR-N, peut-être
MUR-M) variante de BR-UN racine qui signifie "bouillir, bouillonner" (se conférer à
l'allemand Brennen "Brûler", Brauen "bouillir", ou du gaulois borva "bourbe, boue".
La divinité ancienne BORVO ou BORMO "Dieu des sources chaudes" ou "boueuses" !

Morsbronn-les-Bains est célèbre depuis l'Antiquité pour ses sources d'eau chaude, il
est devenu le centre de cure thermale en 1905, le qualifiant "les-Bains" en 1929.



SUPERFICIE - ALTITUDE


Le ban communal s'étale sur une superficie de 687 ha
Altitude minimum 160 m – maximum 237 mètres.


EVOLUTION DE LA POPULATION


En 1791, il y avait 337 habitants.
En 2012, la commune comptait 742 habitants.
Depuis mars 2015, ce village est rattaché au nouveau canton de Reichshoffen.



ARMOIRIES




Les armoiries de Morsbronn se décrivent de la façon suivante :
« Parti : au premier d'argent au lion de sable, à la bordure de gueules, au second d'azur
au jet de source et sa nuée de vapeur d'argent jaillissant d'un tuyau d'or mouvant du
flanc senestre. »



Armoiries de Lichtenberg
La partie gauche du Blason rappelle l'appartenance ancienne aux Lichtenberg.
La partie droite est le symbole des sources thermales chaudes de Morsbronn.



HISTORIQUE



L’origine de Morsbronn remonte à la plus haute antiquité. Des tuiles de l’époque romaine ont été
trouvées dans le cimetière, l’une d’entre-elles est visible à la mairie.
Le village, dont on ignore le nom à l’époque, se trouvait sur une voie romaine qui conduisait à
Concordia (l’actuelle Altenstadt).
En 995, le village est mentionné pour la première fois. Son nom pourrait être la déformation de
Maurus Brunnen (la fontaine Saint Maurice), une source qui se trouvait en haut du village, au
pied de l’église.
A l’époque, les hameaux de Forstheim et d’Hégeney, qui ne comptait guère qu’une seule ferme
chacun, appartenaient au ban de Morsbronn, tout comme le « Luesbari » (la petite montagne) et
Durrenbach. On ne sait pas exactement, faute d’archives, comment Morsbronn est passée aux
mains des Lichtenberg, toujours est-il que, le jour des Rameaux de l’année 1300, l’évêque de
Strasbourg,Frédéric de Lichtenberg, cède à Jean Ier, son parent, le château de Schoeneck
et des dépendances dont Morsbronn fait alors partie. Trente années plus tard, le village est
rattaché au bailliage (circonscription administrative) de Woerth.
A la fin du lignage des Lichtenberg, en 1480, l’héritage passe entre les mains de la famille des
Deux-Ponts-Bitche (Zweibrücken-Bitsch) puis des Hanau, appelés Hanau-Lichtenberg.
C’est Philippe V qui, en vertu du principe de l’époque « tel prince, telle religion », impose le
protestantisme dans toutes ses possessions. En 1571 les habitants de Morsbronn doivent devenir
luthériens.





Le curé, Nicolas GASS se convertit et assure les premiers cultes. Six ans plus tard, l’église
devenue trop petite, est démolie et reconstruite avec les pierres du sanctuaire du
Liebfrauenberg. C’est au cours de la guerre de Trente ans que le village de Morsbronn fait
une première apparition tragique dans la « grande histoire ».
En 1632, les croates l’incendient ; la famine puis la peste emportent une bonne partie des
habitants ainsi que leur pasteur.
Les villageois qui avaient pris l’habitude de se cacher au Kampfbrunnen, près d’une source,
au cœur de la forêt de Woerth, sont contraints d’abandonner les lieux pour se réfugier dans
les châteaux de Schoeneck et du Windstein.
En 1637, une nouvelle épidémie de peste frappe les quelques survivants revenus pour
reconstruire leurs maisons. Un dénombrement de mai 1647, un an avant la fin du conflit, note
qu’il n’y a plus que 7 familles.
Après cette guerre particulièrement cruelle, l’Alsace va passer progressivement aux mains des
rois de France dont les Hanau-Lichtenberg vont devenir les vassaux.
Louis XIV, qui a imposé le catholicisme dans son royaume, entend faire de même dans ses
nouvelles possessions.
Ne pouvant attaquer frontalement –la situation religieuse de l’Alsace est figée par le traité de
Munster, il le fait d’une façon détournée. Il ordonne que dans chaque village protestant où
résident sept familles catholiques, l’église doit être partagée.
C’est chose faite en 1695 : le curé de Durrenbach et de Hegeney célèbre les premières messes
à Morsbronn en alternance avec le culte protestant.
Cette situation, désignée sous le nom de simultaneum s’est perpétuée jusqu’à aujourd’hui.
La plus grande partie du XVIIIe siècle est une période de prospérité en 1760, on compte 52
familles (16 catholiques et 36 protestantes) –, mais sa fin est moins favorable.
Durant la Révolution, la région souffre particulièrement de la guerre menée contre l’Autriche et
la Prusse. Les troupes impériales pénétrèrent par le nord en Alsace et installent leur
commandement à Haguenau, menaçant Strasbourg.
Une vive réaction de Hoche, qui remporte la bataille du Geisberg en décembre 1793, écarte
la menace.
Ceux des alsaciens qui s’étaient réjouis du départ des révolutionnaires n’ont d’autre alternative
que la fuite.


Source des information : http://www.morsbronn-les-bains.fr/l-histoire.html



Morsbronn vers 1920 !


Merci d'apporter vos compléments d'informations.



LES HABITANTS



Les habitants de Morsbronn sont appelés Morsbronnois(es).



PHOTOS




Source d'eau chaude à Morsbronn.



L'église de la Toussaint
Morsbronn est l'une des quelques 50 localités d'Alsace dotées d'une église simultanée
(utilisée par les catholiques et les protestants).



Hôtel restaurant
BEAU SEJOUR.
Au lieu dit Harzhuebel (ban communal de Durrenbach)









L'unique Parc d'attractions dans le Canton de Reichshoffen.
Créé en 1981, aujourd'hui plus de 37 attractions pour les petits et les grands.



LIEU-DIT BRUCKMUHLE




Le lieu de l'ancien moulin de Morsbronn.



Au lieu-dit du "moulin de la Brüchmühle" en allant vers Gunstett, s'est installée la société
"Poney Ranch"





Liens webs :
MORSBRONN-LES-BAINS
HOTEL SOURCE DES SENS
Didiland
Beau séjour



     

  Tous droits réservés 2015 - Bernard SCHMITT (Reichshoffen)