Bienvenue dans les communes du nouveau canton de Reichshoffen !
   
  PRESENTATION DE LA COMMUNE DE LANGENSOULTZBACH
  Email : mairie.langen@wanadoo.fr
  www.langensoultzbach.fr
  Maire de Langensoultzbach : Mme EVELYNE LEDIG





LANGENSOULTZBACH




La Commune de Langensoultzbach


Langensoultzbach, en alsacien "Sultzbach"
Selon Michel Paul Urban dans son livre "la Grande Encyclopédie d'Alsace"
signifie "le long village sur le Soultzbach". Du nom de la rivière Soultzbach, sur laquelle
il est situé, précédé de l'Allemand Lang "Long".



SUPERFICIE - ALTITUDE



Le ban communal s'étale sur une superficie de 1 309 hectares
L'altitude de la mairie de Langensoultzbach est de 210 mètres environ.
L'altitude minimum et maximum de Langensoultzbach sont respectivements de 177 m et 411 m.



EVOLUTION DE LA POPULATION



En 1793, il y avait 608 habitants.
En 2012, la commune comptait 919 habitants.
Depuis mars 2015, ce village est rattaché au nouveau canton de Reichshoffen.



ARMOIRIES




Les armoiries de Langensoultzbach se décrivent de la façon suivante :
"D'argent à deux arcs de sable, sans corde, posés en pal et adossés, à la bordure de gueules"

Explication :
Les armes représentant deux arcs "sont basés" sur les armoiries de la famille d'Eckbrecht
de Durckheim, la commune voisine Nehwiller a repris ces mêmes symboles sur son blason

"De Durckheim" étaient seigneurs de Froeschwiller et propriétaire de Langensoultzbach
de 1602 à 1793.



Le blason de "Sötern" a comme sujet la famille Eckbrecht Dürckheim, il est représenté avec deux
arcs à flèches.


Armoiries "de Dürckheim", ils sont entre la représentation d'Arcs et Anille !


Ci-dessus les armoiries de Froeschwiller (symbole des "De Dürckheim").
Les armoiries de Langensoultzbach sont en fait une déformation de la représentation du
meuble ANILLE.
L'Anille est ainsi nommée d'un fer dont on se servait autrefois au moyeu des roues de moulin
pour les fortifier. Elles signifiaient qu'on avait droit de moulin banal.



Une meule avec une anille.



HISTORIQUE




Langensoultzbach photo de P. LANG.


Le site de Langensoultzbach était déjà habité à l'époque gallo-romaine.
En témoignent des stèles représentant des dieux romains (Mercure, Maia, Tribans,
Vogesus, Hercule, Junon et Minerve), découvertes aux XVIIIe et XIXe siècles.
Le site présentait en effet de bonnes conditions d'implantation : cours d'eau, sources,
grès, calcaire, terres agricoles…

Un temple gallo-romain, "fanum", aurait existé à cette époque, à l'emplacement actuel
de l'église. Mais, il pourrait s'agir également d'un domaine agricole ou d'un village.



Carte postale ancienne de Langensoultzbach


Au Moyen-Âge : une appartenance territoriale complexe.
L'Évêché est propriétaire du village en 1255.
Puis, ce sont les seigneurs d'Ettendorf qui le donnent passagèrement en gage aux seigneurs de
Lichtenberg et en 1403 en bail aux seigneurs Ostertag de Windstein.
Les seigneurs de Ochsenstein et le Couvent de Biblisheim possédaient aussi des terres à
Langensoultzbach. D'ailleurs, la forêt porte encore aujourd'hui le nom de "Nonnenhardt"
(forêt des Nonnes).
Le village était séparé en deux parties, l'Oberdorf et le Unterdorf, délimitées par une ruelle qui
passait entre la poste et l'ancienne boucherie Stoeckel jusqu'à la rivière.
Le Unterdorf fut donné en gage en 1415 par les seigneurs de Windstein aux seigneurs Puller de
Hohenburg, mais appartenait de nouveau entièrement aux Windstein en 1444.
Le Oberdorf appartenait en 1441 aux seigneurs de Uttenheim, en 1464 aux seigneurs Bach von
Neustadt et les seigneurs Fülle de Geispolsheim.
Peu après, les deux parties du village sont devenues la propriété des seigneurs de Lichtenberg.
À la mort du dernier seigneur de Hanau-Lichtenberg, en 1480, la famille Eckbrecht de Dürckheim,
qui avait reçu le Unterdorf en bail, en devient propriétaire jusqu'à la Révolution.
Le Oberdorf fut donné la même année aux seigneurs de Kurzplalz qui le cédèrent peu après
aux seigneurs de Pfalz-Zweibrücken. Ces derniers louèrent le village aux seigneurs de
Dürckheim en 1535 qui devinrent ainsi les propriétaires de tout le village de 1602 à la Révolution.
Les villageois se convertissent au protestantisme en 1554, quand Cuno Eckbrecht de Dürkheim
rejoint la confession luthérienne. Le château des Dürckheim était situé sur le pré entourant la
maison actuelle de la famille Freddy FORRLER. Autour du château, se trouvait un beau parc
avec des allées. Sur l'autre berge du Soultzbach, une allée conduisait au Schlossberg, à un
beau pavillon d'été octogonal, d'après un plan de 1776. C'est là aussi que se situaient les vignes.
Les dépendances du château se trouvaient à l'emplacement actuel des maisons Henri Grall
père (écuries), Jean Klein (buanderie) et Oscar Eberlin (cellier). Le château fut détruit à la
Révolution. Les Dürckheim fuirent et les révolutionnaires saccagèrent leur demeure qui tomba
ensuite en ruines et dont les pierres servirent à édifier des maisons.

(source Wikipédia)



Un baiser amical de Langensoultzbach vers 1939.


Merci d'apporter vos compléments d'informations.


LISTE DES MAIRES SUCCESSIFS DE LANGENSOULTZBACH
1945 1962 Henri Grall (père)
1962 1977 Henri Jean Michel
1977 1995 Albert Klein
2001 2008 Gérard Neuhard
2008 2014 Jacques Lobstein
depuis 2014 Evelyne LEDIG



LES HABITANTS



Les habitants de Langensoultzbach sont appelés LANGENSOULTZBACHOIS(ES).



PHOTOS



















L'ancienne chapelle catholique (partie de gauche) accueille un musée avec des stèles traitées
et restaurées, ainsi que la base de la colonne de Jupiter, aujourd'hui ces dieux romains sont
morts !
La paroisse protestante est accolé (partie de droite), on y célèbre le Dieu vivant de Jésus-Christ !



Ces vestiges, tous classés Monuments Historiques en 1979, avec des éléments
archéologiques découverts à Langensoultzbach et conservés au Musée Archéologique de
Strasbourg.
Musée ouvert les dimanches et jours fériés, du 1er juin au 30 septembre de 14h30 à 17h30.



SYNAGOGUE DE LANGENSOULTZBACH


La synagogue fut construite vers 1765, a dû être remise en état vers 1875.
Toutefois, étant donné le petit nombre (12) d'habitants juifs au 18ème siècle, cette date de
de construction est une indication douteuse !
Le village comptait une communauté juive importante : 88 personnes en 1836, soit plus de 9 % de
la population totale qui comptait alors 940 habitants.
Mais, en 1910, il n'en reste plus que deux juifs, la dernière habitante juive quitta le village en 1939.
Une petite synagogue, située derrière l'ancienne épicerie Neuhard (n° 69 rue principale),
fut vendue à un particulier en 1916. Elle est détruite par un tir d'artillerie au début de l'année 1945.
(Texte du site Internet de la commune).



Selon les indications de M. Freddy MEYER : "La synagogue de Langensoultzbach se trouvait
derrière la maison à la hauteur du N°69 de la Rue Principale (voir montage sur photo ci-dessus).
D’ailleurs, de nos jours, à gauche de cette maison on peut toujours voir les restes d’un escalier
qui la longeait pour atteindre la synagogue.
Le bâtiment de la synagogue était en colombages et a été vendu début du siècle à un
paysan pour y entreposer du foin. Elle fut détruite en 1945 pour un obus phosphorescent
tiré au hasard de la colline de Mattstall. Il reste quelques pierres sur l’ancien emplacement
et également un pied de colonne avec une main gravée dessus qui est exposé dans notre
musée."


Derrière une maison bleue à colombages au n° 69 se trouvait la synagogue.
(Encadré filaire en jaune)



Plan de 1916 mentionnant la synagogue



Un autre plan du 19ème siècle mentionne la synagogue.



Au musée se trouve le chapiteau d'une colonne provenant de cette synagogue
(don de la famille Maechling-Neuhard).
Photo et légende du site Internet de la commune.


En 1784, deux familles juives ont été recensées soit un ensemble 12 personnes.
Au 19ème siècle le nombre d'habitants juifs augmenta comme suit :
En 1807 - 51 habitants juifs,
En 1846 -
84 habitants juifs (population juive du village la plus importante),
En 1861 - 51 habitants juifs,
En 1870 - 63 habitants juifs.
Dans les recensements du 20e siècle (en 1910/1936/1953) n'ont été observés aucun résident
juif.


Une autre colonne de la synagogue se trouve sur place.



Le lieu de l'ancienne synagogue.



L'escalier étroit d'accès à la synagogue existe encore.


L'emplacement de la petite synagogue de section de base carrée est clairement identifié.
L'architecture simple et modeste caractérisaient la petite communauté juive. Une synagogue
à colombages, pour symboliser l'intégration alsacienne !
L'édifice était discrètement camouflé derrière une habitation maître, son architecture à
colombages la rendait encore plus effacée surtout aux yeux des ennemis extrémistes
des différentes époques.
De nos jours, certains ne cachent plus leur hostilité face aux juifs !
La souffrance de ce peuple a été assez longue et Dieu accordera un renouveau, la Bible
nous enseigne que "l'Olivier reverdira" !

L'accès à la synagogue se faisait par un escalier en pierre de grès bien conservé de nos jours.
La propriétaire du terrain a aménagé les limites de la synagogue par des pierres récupérés
sur place et en a fait un jardin d'agrément fleuri avec des plantes vivaces !
Les restes d'une colonne intérieure de la synagogue est visible sur place une autre dans le
musée local.
Ce musée local a également recupéré une main percée qui illustrait le tronc pour récolter
les offrandes juives (idem à Reichshoffen)

La petite maison juive au n° 65 dans la même rue est aussi une habitation à colombages.

Les synagogues de Woerth ou de Reichshoffen encore en activité au 20ème siècle et auraient
permis aux quelques résidents juifs de venir dans ces lieux de cultes de proximité après la
disparition de la synagogue de Langensoultzbach.



LA COURONNE DE LA TORAH DE LANGENSOULZBACH EXPOSEE
A STRASBOURG





La couronne de la Torah fait partie des ornements du rouleau de la Torah elle est en
général métallique. Celle de Langensoultzbach est en papier-carton et tissu !

La couronne de la Torah, en hébreu KETER, fait partie des ornements du rouleau de la Torah ;
elle évoque la tiare du grand prêtre et exprime la primauté de la Parole divine.
La plupart des objets rituels sont fait de métal. La couronne de la Torah montré ici, cependant,
est faite de matériaux fragiles délicats tels que le papier, le carton et tissu.
Il est extrêmement rare qu'un tel « keter » pourrait survivre plus d'un siècle en bon état.
Elle provient de du village de Langensoultzbach et est aujourd'hui exposée dans le Musée
alsacien à Strasbourg.
Elle pourrait également signifier la pauvreté de la communauté juive de Langensoultzbach !





Liens web :
Site de la commune
Foot
Facebook Foot
Politique
Patrimoine local



Documentation de référence !



     

  Tous droits réservés 2015 - Bernard SCHMITT (Reichshoffen)