Bienvenue dans la commune de GUMBRECHTSHOFFEN !
  L'HISTOIRE DE GUMBRECHTSHOFFEN
  Mairie : 1 Place Tilleul - 67110 Gumbrechtshoffen Tél. 03 88 72 91 21 - Fax 03 88 72 83 86
Email :
vil-gumbrechtshoffen@wanadoo.fr
  Le Maire de Gumbrechtshoffen : Fernand FEIG,
assure la présidence au sein de la communauté de communes du Pays de Niederbronn-les-Bains.
  Quelques illustrations
  Situation géographie : Vallée de la Zinsel du Nord. Collines boisées du pays de Hanau




Les armoiries de Gumbrechtshoffen et son Maire



D'azur, au lion d'Or lampassé de gueules

Le lion est le roi des animaux, il symbole de courage, force et majesté.
Les armoiries de la commune sont la reprise du second blason d'Oberbronn,
ce sont les armes de la seigneurie d'Oberbronn.

Le lion rappelle le blason des seigneurs Deux-ponts de Bitche et des Lichtenberg,
tout deux nobles possessionnaires du village. La couleur or du lion symbolise la gloire du courage.
Le fond couleur azur symbolise la fidélité, la persévérance et la loyauté.

(Copyright : Bernard SCHMITT)

Monsieur Fernand FEIG, Maire du village.


HISTOIRE


Village formée en 1945 de l'union Gumbrechtshoffen-Niederbronn
(variante : Nieder-Gumbrechtshoffen) et Gumbrechtshoffen-Oberbronn
(variante: Ober-Gumbrechtshoffen). Population 1224 habitants, altitude 180 mètres,
Bas-relief gallo-romain provenant d'une importante station gallo-romaine.
Propriété en partie des ducs de Lorraine et des landgraves de basse Alsace
au 12ème siècle.



Drapeau de la garde nationale d'Alsace en 1791, de Gumbrechtshoffen.
© Copyright 2004 - Bernard SCHMITT
(pour toute copie, merci de demander l'autorisation au
webmaster)

DRAPEAU DE CONDE
Le musée Condé (de Chantilly) conserve, exposé dans
"la salle des Gardes" à l'entrée des grands appartements, ce drapeau de la garde
nationale d'Alsace en 1791 (Inventaire : OA 140).
Il figure à côté d'autres drapeaux de la même époque.

Ci-dessus une photo de l'objet, gracieusement communiquée par
Madame Nicole Garnier
Conservateur en chef du Patrimoine chargée du musée Condé


Descriptif du drapeau :
Datation : 4ème quart du XVIIIème siècle.
Description : Drapeau tricolore modèle 1791 de la garde nationale d'Alsace ;
au centre, l'écu royal de France avec la couronne entre deux flammes ;
portant au centre les armes royales, cantonné de quatre fleurs de lys
Matériaux : Tissu.
Etat : Couleurs ternies, inscriptions lisibles, état du tissu acceptable !
Inscription : Gemeinschaftlichen / Gumbrechtshofen / National Garde


La commune de Gumbrechtshoffen avait demandé en 1838, la restitution de cet objet mais qui de nos
jours reste le bien du
musée Condé de Chantilly.
Pour les gumbrechtshoffenois(es) la visite du musée est possible toute l'année.


Souvenir de rue en 19xx ? et l'église catholique.



L'ancienne et petite mairie.


La toponymie de Gumbrechtshoffen
Le nom du village est dérivé de Gumpet (Gumpen) qui désigne en ancien haut allemand

l'abreuvoir à bétail.


Rue animée, vers 1930.



Déjà habitée du temps romain, la commune n'est mentionnée qu'en 1109, Gumprechtshoven
(Reichsland II), 1232 Gumpreshoven, 1292 Gumbretzhoven, 1331 Gumbrechtshoven (E 186).
Le village était partagé en deux par la Zinsel. Du côté Niederbronn se trouvait
Nieder-Gumbrechtshoffen ou Grumbrechtshoffen-Niederbronn, sur l'autre rive Ober-Gumbrechtshoffen
ou Gumbrechtshoffen-Oberbronn. Par arrêté préfectoral du 16.08.1945 Gumbrechtshoffen-Niederbronn
devient Gumbrechtshoffen qui englobe les deux parties. Nieder-Gumbrechtshoffen est une
possession des ducs de Lorraine dès le XIIe siècle qui revient en mouvance à l'évêché de
Strasbourg qui redonne le fief aux Lorrains. Le village passe en 1330 aux OCHSENSTEIN et entre
dans le baillage de Niederbronn puis dans l'héritage des HANAU-LICHTENBERG en 1570,
et revient après un procès plus que séculaire en 1709 aux héritiers de LINANGE.
Avant la Révolution, Nieder-Gumbrechtshoffen appartient à la famille de DIETRICH.
Ober-Gumbrechtshoffen est une ancienne possession impériale aux mains des Landgraves
de Basse-Alsace. Ulrich de WERD vend ses droits sur Ober-Gumbrechtshoffen aux
LICHTENBERG le 9 mars 1332. La commune passe dans le bailliage d'Oberbronn.
En 1440 Ober-Grumbrechtshoffen tombe dans l'héritage de Louis de LICHTENBERG et
revient en 1480 à Symon Wecker de DEUX-PONTS-BITCHE par Else de LICHTENBERG,
son épouse. En 1453 les revenus des LICHTENBERG sur la commune se montent à 19 livres,
15 schillings et 19 poules et chapons. En 1551 la commune est vendue aux
LINANGE-WESTERBOURG. Au cours de la Guerre de Trente Ans et en particulier
en 1645 la commune était inhabitée. A la fin du XVIIIe siècle la commune appartient à la
Princesse de HOHENLOHE, WALDENBOURG, BARTENSTEIN, Comtesse de Löwenhaupt.


Au point de vue religieux, la Réforme fut introduite en 1568 dans les deux Gumbrechtshoffen.
Simultaneum depuis la fin du XVIIe siècle jusqu'à la construction de l'église catholique
Saint-Barthélémy en 1905. Les protestants rachètent alors la part catholique pour la
somme de 5.500 Marks.
A.M.

En 1785, le village partagé en deux parties, l'une située sur la rive gauche de la rivière
Zinsel du Nord appartenait au bailliage de Niederbronn avec 40 feux, l'autre située sur
la rive droite comportait 42 feux et appartenait à la seigneurie de Oberbronn.


L'église protestante de Gumbrechtshoffen, le clocher est sans pointe.

Les habitants du village sont surnommés Sandhase (lièvres de sable) et
Mohre (truies noires et sales). On raconte qu'il y avait à Gumbrechtshoffen un homme qui se
moquait toujours de ceux qui souhaitaient du bien aux gens qui éternuaient, avec l'expression
Helff dir Gott ! (que Dieu t'assiste !). Après sa mort, il fut banni sous un petit pont entre
Gumbrechtshoffen et Zinswiller. Ceux qui la nuit passaient sur le pont ou le long de la rue,
l'entendaient éternuer à son tour; mais personne ne voulut délivrer son âme en lui disant
la formule libératrice de "Helf dir Gott", qu'il avait tant décriée de son vivant. Un soir,
une jeune fille étrangère à la localité, passa sur le pont et entendit éternuer quelqu'un.
Fidèle à son habitude, elle dit à voix haute "Helf dir Gott". L'âme en peine fut délivrée
aussitôt et s'envola au ciel, en paix. Le fait d'éternuer signifiait au Moyen Age que
l'on disait la vérité ! Koenigshoven, dans sa Chronik, page 302, disait que lorsque
quelqu'un étemuait, son âme quittait le corps et il décédait. C'est pour cela qu'il est
bon de dire, en la circonstance "Gott helfe dir" (cf. également J. GRIMM Deutsche
Mythologie, page 1070).




Economie agricole
Ce village du Pays de Hanau est situé dans la vallée de la Zinsel du Nord,
à mi-chemin entre Niederbronn (à 7 km au Nord) et Pfaffenhoffen (à 7 km au Sud).
La forêt, d'une superficie de 87 ha, est propriété communale à 95 % (soit 83 ha).
Gumbrechtshoffen passe de 601 habitants en 1801 à 1 005 habitants en 1826
(soit plus de 67 %), puis la population revient à 900 habitants (en 1861).
Pendant la période du Reichsland, intervient une nouvelle phase de progression
et le nombre d'habitants atteint 1118 personnes en 1885. A partir de cette date,
la commune oscille entre 1 000 h. et 1 100 habitants, avec un solde migratoire négatif.
Le secteur agricole comprend 15 exploitations en 1980 sur 280 ha de SAU dont
115 ha de labours et 165 ha en herbe. Entre 1970 et 1980, la taille moyenne
des exploitations est passée de 15 ha à 19 ha, ce qui est relativement élevé
dans le canton de Niederbronn. On compte de nombreux doubles-actifs.
Les exploitations les plus grandes se spécialisent dans l'élevage de bovins.
Le secteur industriel regroupe de l'artisanat du bâtiment, de la mécanique
et de l'industrie alimentaire. Les trois-quarts des actifs non-agricoles effectuent
des migrations de travail vers Bischwiller, Gundershoffen (10 %), Haguenau (11 %),
Mertzviller, Niederbronn, Oberbronn (12 %), Reichshoffen (31 %), Strasbourg,
La Walck-Pfaffenhoffen et en Allemagne. Le village attire quelques navetteurs
des villages voisins, notamment de Gundershoffen (30 %).






Coucher du soleil sur la commune (Automne 2008) !


ARCHEOLOGIE

Des découvertes faites dans la première moitié du XIXème siècle, de divers fragments
de sculptures et d'éléments d'architecture, ont été relativement mal-enregistrées.
En 1833, l'église paroissiale fut démolie, on trouva, lors des travaux, des fragments
de sculptures, des segments de colonnes cannelées, des socles de pierre qui furent
remployés dans la construction de la nouvelle église. C'est une pratique observable
assez communément dans la large région de Niederbronn que l'encastrement
de pierres antiques dans des édifices chrétiens (cf. dans l'encyclopédie de l'Alsace à :
Langensoultzbach, Mertzwiller, Reichshoffen). Le Dr SCHNOERINGER pit recueillir
quelques éléments dont une scène de bacchanale et une tête provenant d'un
bas-relief (Espérandieu 5619 et 5620, pierres conservées au Musée historique de
Mulhouse). En 1843, une villa romaine, qui aurait été richement décorée, fut touchée
par des travaux au lieu-dit Sandstreng: deux statues équestres furent découvertes
à cette occasion, elles sont aujourd'hui perdues; on considère qu'il s'agissait de
figurations du dieu cavalier à l'anguipède (Espérandieu 5625).



La Rue Principale avec le Restaurant





LE MOULIN A FARINE
Situé au 2 Rue de la Mairie, le moulin sur la Zinsel est cité avant 1630 ; il fut restauré

à la fin du 18e siècle par son propriétaire, Philippe Strohl ; une pierre de taille du côté
du canal d'amenée porte le millésime 1779 ; à cette époque, il comprenait trois tournants ;
en 1900, une turbine, toujours en place, remplaça la roue verticale en dessous ;
le moulin fonctionna jusqu'en 1940 ; fortement endommagé lors des bombardements
de 1945, il fut en grande partie reconstruit, surtout le logis dont le toit à pans et croupes
brisés ne fut pas remonté. Cette vaste propriété se compose d' un logis abritant également
la partie meunerie, en maçonnerie ; une partie des murs du 18e siècle, en maçonnerie de
grès avec chaînes d'angles en pierres de taille, a été conservée, notamment en élévation
arrière et le long du canal (pierres de taille de grès rouge) ; ce bâtiment est couvert par
un toit à grandes croupes ; les bâtiments annexes comprennent grange, étable, remise,
buanderie, abritant une cave, inexistante sous le logis ; leurs murs présentent un niveau
en maçonnerie et un niveau en pan de bois.



Le moulin de Gumbrechtshoffen





Liens Web :
Le site web de la commune de Gumbrechtshoffen
Gumbrechtshoffen : Atelier Verre
Foot
Mairie et Ville !
Fait partie de la
ComCom de Niederbronn
http://www.kleinmichelravallement.com/index.htm






























 

 

  Tous droits réservés 2005 - Bernard SCHMITT (Reichshoffen)