Bienvenue dans les communes du nouveau canton de Reichshoffen !
   
  PRESENTATION DE LA COMMUNE DE ESCHBACH
  Email : mairie-eschbach@wanadoo.fr
   
  Maire de Eschbach : Marie-Line Weiss





ESCHBACH




Noms anciens : Espach, Aspach, Aschbach

ESCHBACH
Selon Michel Paul Urban dans son livre "la Grande Encyclopédie d'Alsace" ESCHBACH
signifie "le Ruisseau du frêne".
De l'Allemand "Esche" signifie "frêne" suivi de Bach "ruisseau".

Autre explication :
Espach est la racine d'un mot celte signifiant EAU !

Eschbach est aussi un nom de famille.



SUPERFICIE - ALTITUDE


Le ban communal s'étale sur une superficie de 397 ha
Altitude minimum 165 m – maximum 208 mètres.
Altitude moyenne 190 m (Mairie)



EVOLUTION DE LA POPULATION


En 1793, il y avait 478 habitants.
En 2012, la commune comptait 933 habitants.
Depuis mars 2015, ce village est rattaché au nouveau canton de Reichshoffen.



ARMOIRIES




Les armoiries de Eschbach se décrivent de la façon suivante :
D'argent à la fasce de sable accompagnée de trois têtes de lion arrachées du même,
lampassées de gueules et couronnées d'or.




Le blason d'Eschbach est dérivé de la famille Lutzelbourg qui était propriétaire du village.



La version officielle des Armoiries d'Eschbach selon Hozier, mentionne Saint-Martin
partageant son vêtement à un pauvre mendiant !


Les armes officielles, selon Hozier, de l'église catholique locale mentionnent également
Saint-Martin.

L'église locale catholique étant dédiée à Saint-Martin.



... et sur le monument aux morts, la présence de Saint-Martin.



HISTORIQUE


Extraits du livre "ESCHBACH UN SIECLE DE MEMOIRE"
Vous pouvez vous procurer ce livre auprès de la Mairie d'Eschbach !

Très bel ouvrage ! A lire !


Vers 1100-1120, Espach (du mot celte signifiant EAU) est la propriété du comte
Réginald de Lutzelbourg.

En 1143, le comte de Lutzelbourg donne Espach à son partenaire Reinhold de l'abbaye
bénédictine de Marmoutier.

En 1166, Werner l'abbé de Marmoutier, sans doute pressé par l'Empereur Frédéric I
Barberousse (1125-1190) désireux d'agrandir le domaine royal, cède la localité à ce dernier
pour la somme de 100 Marks. On parle d'Espach, d'Aspach et d'Aschbach.


Empereur Frédéric I Barberousse

En 1219, Frédéric II (1184-1250) céde une partie des terres d'Eschbach au couvent de
Neubourg.

1292-1312, le village devenu village impérial (Reichsdorf) du bailliage de Haguenau
(Landvogtamt) est annexé à la mairie de Forstheim. Otto Von Eschbach est "Stattmeiser" de
Haguenau.

Au 13ème siècle, Eschbach dépend de la paroisse de Schweighouse qui est placé sous l'autorité
du Haut-Haguenau

En 1365, Aspach est encore cité dans les archives.

En 1371, Eschbach n'est pas encore reconnu comme paroisse et dépend comme "Landkapelle"
de Pfaffenhoffen.

En 1376, Eschbach compte 30 maisons pour environ 120 habitants.

En 1440, Eschbach dépend de la paroisse de Mertzwiller et du doyenné d'Ingwiller.

En 1558, une chapelle servant au culte est construite à l'emplacement de l'actuelle église.

Village impérial jusquen 1648, Eschbach fait partie des premières localités de l'Outre-Forêt
devenues françaises par le traité de Wesphalie à la fin de la guerre de 30 ans. Il reste alors
moins de 10 personnes dans la localité. Comme beaucoup d'autres villages en Alsace,
Eschbach se repeuple de familles en provenance de Suisse et de Bavière.


Signature du traité de paix de Westphalie.

Rattaché au bailliage de Haguenau, le village demeure domaine royal jusqu'à la Révolution.

En 1666, Saint-Martin devient le patron de la paroisse catholique d'Eschbach.

Les villageois bénéficient de droits d'usagers forestiers importants depuis 1330.

En 1726, construction du presbytère d'Eschbach et en 1736 deux cloches sont bénies à la
manière catholique.

En 1758, la paroisse Saint-Martin d'Eschbach a deux filiales, Forstheim et Laubach.

De 1730 à 1763 est construite l'église paroissiale (33 ans de travaux, sûrement dûs à un
problème de financement !)

En 1789, Eschbach dépend de l'intendance d'Alsace et incorporé au canton de Niederbronn

En 1802, Eschbach est distrait du canton de Niederbronn et rattaché au nouveau canton
de Woerth.

En 1859, la paroisse finance l'agrandissement de l'église.

En 1926, le réseau électrique alimente la commune.

En 1966, le châtaignier bicentenaire est touché par la foudre, il est abattu.
Cette même année, ouverture de l'école maternelle.

En 1967, l'eau courante est installée dans le village, finie les corvées du puits !

En 1985, construction de la salle polyvalente révovée en 2014.

En mars 2015, Eschbach est rattaché au nouveau canton de Reichshoffen.


Merci d'apporter vos compléments d'informations.



LES HABITANTS


Les habitants de Eschbach sont appelés ESCHBACHOIS(ES).

Les Eschbachois sont plus communément appelés « Röjler » où "Bode Röjler" ceux se roulaient
par terre dans le fumier !
A l’époque les conscrits se roulaient par terre lors des fêtes …
De nos jours, le groupe folkorique local propose la danse des Röjler !


Autre sobriquet : Rebstock "pied de vigne".



PHOTOS







Eschbach en 1919, restaurant à la Couronne.



Intérieur de l'église d'Eschbach en 1919.



En 1767, la nef et le choeur de l'église sont reconstruits, date visible sur le mur sud de la nef.
En 1859, un projet d'agrandissement de la nef est engagé et dirigé par l'architecte Alexandre
Matuszinski. Les travaux se sont terminés en 1861.



LIEU-DIT WASSERLOCH




Zone du Wasserloch (Parc d'Activités Economiques de la Sauer)

Un diagnostic archéologique a été réalisé, entre le 04 et le 20 février 2002, sur les 6 ha de la
première tranche de la zone d'activité devant être aménagée à l'est de la commune d'Eschbach.
Cette opération a permis de mettre en évidence un ensemble funéraire gallo-romain de six
crémations localisé au sud-ouest du terrain et un épandage de morceaux de tuiles (imbrexet
tegula) sur une surface approximative de 2 000 m², marqué par une concentration centrale.
Cet épandage est situé à 150 m de l'ensemble précédent.
La période protohistorique est observée en filigrane par de la céramique ramassée au fond des
sondages et appartenant à l'horizon de La Tène finale. Il n'est donc pas incompatible que le site
appartienne à la période de transition de La Tène finale et du début de la période gallo-romaine.
Source : ADLFI, Archéologie de la France




Liens webs (à compléter) :
MUSIQUE VOGESIA



Foot sur Facebook
CSMeschbach



     

  Tous droits réservés 2015 - Bernard SCHMITT (Reichshoffen)